La CVX Europe en route avec les migrants forcés

Du 27 au 30 janvier 2011, la CVX Luxembourg, à travers le GIM (groupe ignacien sur les migrations) accueillait la 5ème rencontre européenne « CVX- migration forcée ». 25 personnes de 7 communautés nationales différentes y ont pris part.

Ci-dessous quelques extraits d’un rapport de Christophe Renders sj et un témoignage sur la soirée ouverte aux „visiteurs“ (réfugiés et membres CVX)

Une rencontre revigorante pour chacun des participants, tant par l’atmosphère conviviale et fraternelle que par l’échange des expériences d’engagement des diverses communautés nationales aux côtés des migrants forcés. Nous avons pu ainsi entendre comment à Palerme en Sicile, l’antenne locale du JRS [1] (Centro Astalli) a été lancée par des membres de la CVX. Aujourd’hui encore ce projet d’accueil, d’écoute et d’orientation des migrants est porté par la CVX locale, et plusieurs des bénévoles qui y sont actifs se retrouvent régulièrement pour faire une relecture ignatienne de leur engagement. A Malte la CVX a mis sur pied un projet de sensibilisation intitulé « In their shoes … » (« Dans leur peau … ») : l’espace d’un week-end des étudiants étaient invités à expérimenter l’incertitude, les espoirs, l’accueil ou le rejet que vivent les demandeurs d’asile. …..

Le samedi soir, plusieurs réfugiés d’Afghanistan, du Kosovo, du Congo, d’Iran, du Vietnam, sont venus témoigner de leur parcours et de la manière dont des membres de la CVX les avaient accompagnés très concrètement. Un moment très touchant de cette rencontre.

A partir des expériences des uns et des autres .., les participants ont dégagé quelques traits d’un accompagnement ignatien des migrants en vue de l’élaboration d’une charte ou d’un guide pour les membres de la CVX. Ce fut l’occasion de nous rendre compte que notre spiritualité offre des repères très précieux dans ce domaine : l’a priori favorable, l’écoute attentive, la gratuité et de la liberté de la relation d’accompagnement, le discernement pour trouver la relation juste, l’importance d’être porté et soutenu par une communauté.

Il a aussi été question d’avenir. Franklin Ibañez, secrétaire de la CVX mondiale .. a rappelé le souhait exprimé par l’Assemblée mondiale de Fatima en 2008 que la CVX s’engage avec détermination au service des migrants forcés et en particulier dans des actions communes d’advocacy [2]. A cet égard, un membre de la CVX Espagne a partagé son expérience de participation au Forum Social Mondial de Quito (Equateur) sur le thème des migrations en octobre dernier ... Un autre exemple instructif est celui de la CVX France qui prend part à la mobilisation de la société civile pour la défense des droits des migrants par rapport à un projet de loi du gouvernement, notamment en signant un appel des associations. Ces interpellations ont résonné pour les participants de la rencontre comme un appel à aller plus loin dans un engagement commun. ……….

Christophe Renders sj

TEMOIGNAGE

En préparant la 5e rencontre européenne « CVX – migration forcée », le GIM avait donné la possibilité aux membres de la CVX LU de s’associer de diverses manières à cette session et en l’occurrence, de participer le samedi 29 janvier à la soirée avec des amis réfugiés, également invités pour l’occasion.

Répartis autour de différentes tables, plusieurs réfugiés d’Afghanistan, du Kosovo, du Congo, d’Iran et du Vietnam (dont certains étaient venus en famille) attendaient les « visiteurs » intéressés pour témoigner pendant 20 minutes de leur expérience : leur départ du pays d’origine, leur arrivée au Luxembourg, les difficultés rencontrées, la manière dont des membres de la CVX LU les ont accompagnés et soutenus. En une heure, j’ai donc eu l’occasion d’entendre 3 témoignages : celui d’une femme iranienne, d’un homme congolais et d’une famille afghane. Ces témoignages m’ont fortement impressionnée : les motifs du départ, les risques que ces personnes ont pris pour fuir leur pays, la perte de tout ce qu’elles avaient, l’insécurité, l’incertitude en attendant le statut de réfugié, la promiscuité dans les maisons d’accueil, l’apprentissage d’une nouvelle langue, la recherche de logement et d’emploi, le long chemin vers l’intégration dans le pays d’accueil etc.
J’ai été touchée par la force intérieure de ces personnes, prêtes à supporter de nombreuses difficultés pour vivre (parce que leur vie était en danger) ou pour vivre libres (parce qu’elles ne l’étaient plus dans leur pays d’origine).

J’ai été touchée aussi par la lueur dans leurs yeux et leur reconnaissance quand elles évoquaient l’aide que leur avait apportée l’un ou l’autre membre CVX ou Jésuite depuis leur arrivée au Luxembourg. Une personne accueillante et sensible, engagée et inventive avait été déterminante à un moment donné pour les aider à se mettre debout dans ce nouvel environnement et était devenue une personne de référence, un ami, une amie. J’ai ressenti de l’admiration et de la gratitude pour ces membres CVX qui depuis des années vivent ‘l’option préférentielle pour les pauvres’ en se mettant au service des migrants forcés.

Ensuite un repas, composé de ce que chacun avait apporté, nous a permis de déguster et d’apprécier des spécialités de ces divers pays et de continuer l’échange.

Enfin, la dernière partie de la soirée s’est déroulée de manière plus ludique : des jeux et des danses furent proposés, qui nous ont fait nous mélanger encore, sans barrière de langue ou de culture, et vivre l’amitié, le soutien dans une joie profonde. Une image forte par son symbolisme reste pour moi la ligne que nous avons constituée en nous allongeant à une quinzaine de personnes par terre pour porter à bout de bras une petite fille, puis un jeune homme (allongé), du début de la rangée jusqu’à la fin, en rassemblant nos forces et notre attention, pour ne pas les laisser tomber. Ce sont sans doute les efforts et les aides multiples qui, mis bout à bout, soutiennent les migrants forcés dans leurs démarches et leur recherche d’intégration vers une vie décente, voire heureuse dans notre pays, et qui créent les liens d’amitié avec eux.

Merci aux organisateurs (du GIM) d’avoir élargi le cercle pour nous faire vivre cette rencontre !

Edith Schuller

Voir aussi l’article de Ulrich Treipl Begleitung von Vertriebenen - ignatianisch

[1JRS pour Jesuit Refugee Service, une ONG des jésuites qui existe depuis 30 ans et qui a pour mission d’accompagner, servir et plaider la cause des réfugiés et migrants forcés (www.jrs.net)

[2L’advocacy (littéralement „plaidoyer“) est le fait de défendre une cause, dans ce cas celle des migrants forcés, et cela par l’analyse des problèmes et la publication de rapports, des recommandations aux décideurs politiques, des prises de position publiques, des actions de sensibilisation etc.

Christophe RENDERS sj
Edith SCHULLER
18. April 2011
Vom gleichen Autor: