Voici que s’ouvre le temps de l’Avent, le temps de l’attente.
Attendre, et espérer…

En voyant notre monde qui souffre et gémit dans les douleurs de l’enfantement,
nous nous surprenons encore et toujours à espérer,
nous nous surprenons encore et toujours à tenter de surmonter ce qui pourrait nous désespérer…
Nous recommençons sans cesse à croire qu’autre chose est possible, que le monde peut être libéré de ses violences, de ses souffrances, de ses contradictions.

Nous rêvons parfois que cette libération vienne du monde lui-même : des sciences, du pouvoir politique, de la conscience morale de l’homme. Bref, que l’Homme se libère de lui-même, par sa propre puissance.

L’Avent nous rappelle avec douceur que c’est de Dieu que vient notre véritable raison d’espérer, encore et toujours : Il nous envoie son Fils, Il nous dit : « Je suis avec vous. »

Mais il nous faudra du temps pour réajuster notre foi et reconnaître en l’enfant fragile de la crèche la source véritable de notre espérance.

Bon temps de l’Avent, donc !

V.M.

6 novembre 2016
La communication avec autrui – l’art de vivre ignatien
Dans son récit autobiographique, saint Ignace rapporte une de ses premières rencontres après sa (...)
6. November 2016
Den Ëmgang matenaner – ignatianesch Liewenskonscht
A senger Autobiographie beschreift den hl. Ignatius eng vu sengen 1. Begéinungen no senger (...)
6 novembre 2016
Projets N°165 - Les jeunes : héritiers du passé, pionniers de l’avenir
Chers Amis dans le Seigneur, Nous avons la joie de nous adresser à vous dans le présent numéro (...)
3 septembre 2016
Méditation guidée devant la statue de Notre-Dame de Luxembourg, Consolatrice des Affligés
Le 20 février dernier, le jubilé marial de la ville de Luxembourg a été ouvert. A cette occasion, (...)