Homélie du 6e dimanche de Pâques C
Messe de la CVX à la cathédrale de Luxembourg le 5 mai 2013

A l’occasion de la messe du 6e dimanche de Pâques C - préparée par la CVX dans le cadre de l’Octave à Notre Dame Consolatrice des Affligés - le prédicateur a, entre autres, tissé des liens entre les lectures du dimanche et la situation de l’Église d’aujourd’hui.

Les textes du dimanche étaient :
1ère lecture : Actes des Apôtres 15, 1-2.22-29
2e lecture : Apocalypse de Jean 21,10-14.22-23
Évangile : Jean 14, 23-29

Pilgeren fir dem Härgott méi no ze kommen ass typisch (wi e Bild) fir

  • e Liewen aus dem Glawen ,
  • en Zesummesin als Kiirch,
  • eis Erneirong als kiirchlech Gemeinschaft.

I. Mir hun äis haut de moien fréi op de We gemaach...

...fir an der Kathedral, viru Maria (Tréischterin am Leed), zesummen ze kommen. Sech esou op de We maachen, dat verlaangt en Effort (ët heescht e Moment Konfort a Secherhéten lassloossen) ; mat der Zäit miirke mir awer, wéi mir beschenkt gin : mir miirken wi d’Natur erwächt ass an en neit Kléd ugedon huet, wéi mir léiw Leit konnten erëmgesin a mat hinnen schwätzen, wéi e Wuert, e Bild, e Saatz/Gebied/en Text déi mir héiren hun, äis beréiert hun, ergraff hun, zu Vertrauen an Hoffnung bewegt hun !

Als Pilger sech op de We maachen ass eng aal reliös Erfahrung vun där och d’Bibel ze schwätze wees : Am Psalm 84 (V.6) heescht et : « Wohl den Menschen die Pilgerwege in ihrem Herzen tragen » .

D’Andrea Schwartz [1] explizéiert :
« Einen Augenblick lang erahnt was Ewigkeit ist

  • einen Augenblick lang gespürt was Erfüllung ist
    – einen Augenblick lang gefühlt, wie Gott liebt... und vorbei ! »

Esou Héichpunkter vun innerer Erfahrung (mir spiren äis Gott ganz no - an de Menchen vis-à-vis ganz fräi) sin typisch op engem Pilgerwé, si gi schnell eriver, AWER ët bleiwt Erënnerung, eng Sehnsucht déi äis dréit am Alldag, e Vertrauen (=Glawen), déi mir nët wëllen iwerhéiren wann schwiirig Ausenanersetzungen hei an do iwerrannt gin !

Cheminer : une image de notre vie de foi, mais aussi de notre rassemblement en Eglise

II. Rassemblement en Eglise

Saint Luc raconte dans le livre des Actes des Apôtres (quelques versets avant le texte que nous venons d’entendre dans la 1ère lecture) que Paul et Barnabé avaient annoncé la Bonne Nouvelle de J.C. en plusieurs localités d’Asie Mineure et que les gens étaient tout heureux de ce que « Le Seigneur avait ouvert aux païens la porte de la foi » (Ac. 14,27). Ensuite Luc raconte (= texte lu aujourd’hui) comment cette joie a été troublée par un conflit assez grave :

  • En effet, de fervents défenseurs de la tradition juive de Jérusalem firent comprendre aux nouveaux chrétiens d’Antioche qu’ils ne sont pas sauvés s’ils ne pratiquent pas la loi de Moïse (circoncision)
  • d’autre part, Paul et Barnabé n’avaient cessé d’annoncer que ce qui sauve, c’est la foi en Jésus Ressuscité
  • S’ensuivirent des discussions conflictuelles et passionnées où Paul (étant donné son caractère !) n’était pas disposé à se taire, vu la nouveauté radicale que sa rencontre avec JC lui avait donné de vivre.
  • On convoque une assemblée à Jérusalem où les chrétiens d’Antioche peuvent partager leur expérience en présence des Apôtres et des Anciens.
  • Cette assemblée à Jérusalem représente une étape importante dans l’histoire de l’ Église .
  • C’est ce 1er concile (50 ap.JC) qui avait permis à la communauté chrétienne (rassemblée en présence des apôtres) de prendre conscience de ce que l’œuvre de JC se continuait en elle grâce à la foi.
  • L’ Église a compris qu’elle pouvait avec confiance suivre son propre chemin dans l’histoire (sans plus dépendre de la synagogue) en se mettant à l’écoute des paroles et de l’Esprit de JC
  • Qu’elle pouvait servir d’exemple typique de la manière dont l’ Église est appelée à vivre des conflits internes, les dépasser et avancer avec espérance dans l’histoire humaine : ce qui frappe dans la décision finale, c’est le ton respectueux, fraternel, charitable et encourageant :

« Les Apôtres et les Anciens saluent fraternellement les païens convertis, leurs frères à Antioche, en Syrie et en Cilicie... L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas faire peser sur vous d’autres obligations que celles-ci qui s’imposent (suivent quelques règles de vie commune qui respectent la sensibilité des chrétiens de souche juive) »

Des personnes aux sensibilités divergentes se sont parlé, se sont efforcé *de s’écouter, *de faire place (càd. de croire) à l’autre - sans *dénier le conflit mais d’aller au-delà par l’écoute du même Esprit qui rassemble et qui sauve - n’est-ce pas comme un « pèlerinage » ? Être Église, c’est cheminer ensemble à l’écoute de l’Esprit !

Se mettre en route, cheminer : une image pour notre foi, de notre vie en Église

III. Mee ähnlech schwirig Prozesser an der Kiirch gin haut nach weider...

a) Ech kréien hei an do ze héiren (gerad wéi vill vun Iech, huelen ech un)
wéi Leit (déi sech als trei Katholiken verstin) mat grousser Secherhét behaapten,

  • dat Fraen am Raum *vun der Liturgie oder *vun der Ledong vun der Kiirch näischt ze din hun, - dat d’Handkommunioun (noutwendiger Weis) e Mangel u Respekt virum Gott ass, - dat Eucharisitiefeier rondrëm en Desch (z.B. bei enger 1. Kommunioun) eng Bradéirong vun der Eucharistie ass !

b) Nët manner schaarf héieren ech am innerkiirchleche Raum Leit : - déi sech nëmme schwéier mat der *institutioneller Kiirch kënne befrënden, mat hirer *Astellung zu gesellschaftlechen an politische Problemer , - déi ët schwéier hun fir mam Bild ze liewen, dat Zentralverwaltung vun der latengescher Kiirch (an hiren Aen) oft vu sech gët !

c) De Ruff no kiirchlecher Erneirong ass scho laang vu den insitutionellen Instanzen erkannt gin :

• Virun 50 Joer huet de Popst Joh.XXIII eng Versammlung vu de Beschofen vun der ganzer Welt aberuff (Concile Vatican II, 1963-65) ënner dem Motto : « vivre en Église une nouvelle Pentecôte accordée par l’Esprit pour être amené (en tant qu’ Église) à s’ouvrir au monde et à avancer dans un profond mouvement de *retour à l’ Évangile et *d’aggiornamento »

• De Popst Benedikt XVI wollt déi Dynamik vum Konzil haut aktuell gi loossen duurch én Opruf, eise Glawen ze erneiren : « franchir (à nouveau) la porte de la foi » (d.h. sech opmaachen fir d’Gemeinschaft mat Gott en esou Menschen vun Hoffnung gin)

• Wéi eng Erausfuerderung dat un äis haut ka stellen, dat huet den démolege Card. Bergolio (Popst François) an engem Hiirdebréif Geeschtlech, Uerdensleit a Laien vu senger Ärzdiozes an Argentinien mat e puer Beispiler formuléiert [2] :

Franchir la porte de la foi nous lance un défi : même s’il semble qu’aujourd’hui la mort règne en ses diverses formes et que l’histoire est menée par la loi du plus fort et du plus malin, même si encore la haine et l’ambition agissent comme moteur de tant de combats humains, sommes-nous encore capables d’être vraiment convaincus que cette triste réalité peut et doit changer, et ceci absolument, car « si Dieu est avec nous, dit saint Paul, qui sera contre nous ? » (Rm 8,31)

• Franchir le seuil de la foi implique d’avoir des yeux étonnés et un cœur que l’habitude ne rend pas paresseux, capables de reconnaître qu’à chaque fois qu’une femme met au monde un enfant, on continue de parier pour la vie et pour l’avenir, que lorsque nous veillons sur l’innocence des enfants, nous garantissons la vérité d’un lendemain et lorsque nous entourons la vie donnée d’un vieillard, nous faisons un acte de justice et nous caressons nos racines

• Franchir le seuil de la foi nous pousse à pardonner et à savoir arracher un sourire. C’est nous approcher de quiconque vit à l’extérieur de lui-même et l’appeler par son nom. C’est soigner les fragilités des plus faibles, soutenir les genoux chancelants avec la certitude que ce que nous faisons pour le plus petit de nos frères, c’est pour Jésus lui-même que nous le faisons.

• Franchir le seuil de la foi, c’est vivre dans l’esprit du concile, une Eglise aux portes ouvertes, non seulement pour recevoir, mais surtout pour partir et remplir d’évangile la rue et la vie des hommes de notre temps.

• Franchir le seuil de la foi, c’est en définitive accepter la nouveauté de la vie du Ressuscité dans notre pauvre chair pour en faire un signe de la vie nouvelle.

Pilgeren, sech op de Wee maachen, ass d’Bild

  • Vun eisem Glawenswee
  • Vun eisem Zesummesin an der Kiirch
  • Vun der Erneirong als kiirchlech Gemeinschaft !

Maria soll äis begléden op dém Wé vun Hoffnung an Erneirong an der Kiirch !

Pierre Meyers sj

[1Andrea Schwarz, Du Gott des Weges, segne uns. Gebet und Meditationen. Herder, 2008, S.86

[2Jorge Mario Bergolio. Pape François, Seul l’amour nous sauvera. Parole et Silence, Paris, 2013, pp.97-110

Pierre MEYERS sj
11 mai 2013
Du même auteur: