Projets 127
La CVX : une Organisation Non Gouvernementale auprès des Nations Unies

Chers amis,

Comment la CVX pourrait-elle vivre plus profondément son MAGIS, si ce n’est au travers des opportunités que lui offre son statut d’organisation non gouvernementale (ONG) auprès des Nations Unies (ONU) ? Quelles sont les étapes possibles ou indispensables à franchir aujourd’hui ? De quelle manière pouvons-nous partager notre responsabilité dans la mission et dans le contexte social qui sont les nôtres ?

Le présent numéro de Projets a été élaboré par les deux Groupes de Travail ONG-CVX, implantés respectivement à Genève et New York et vise à vous faire connaître cette préoccupation commune de notre communauté mondiale.

En quoi la participation aux travaux des Nations Unies est-elle une question qui intéresse la CVX ?

La Communauté de Vie Chrétienne, enracinée dans la spiritualité ignatienne, est une vocation particulière dans l’Eglise et une manière de vivre engagée à l’édification du Royaume de Dieu dans le monde. (GP 2, 4,12)

Le document Notre Mission Commune reflète le vaste champ de mission qui est le nôtre et le désir de la CVX d’œuvrer à un monde plus juste :

« Nous voulons participer aux différents forums aux niveaux national et international, pour y faire entendre la voix des plus pauvres... » (...) « Nous sommes tous appelés à participer activement et de différentes manières aux structures économiques, politiques et sociales, pas seulement pour les critiquer mais aussi en proposant des solutions. »

Les Recommandations de Nairobi réaffirment la nécessité pour la CVX d’être visible sur le plan international et notre présence à l’ONU est un « excellent moyen de promouvoir la justice sociale »

En tant que communauté apostolique mondiale au service d’un seul et même monde, l’engagement de la Communauté de Vie Chrétienne auprès des Nations Unies nous permet d’être à la pointe du combat, alors que la communauté se développe dans les pays émergeants. Ainsi, la CVX a-t-elle l’occasion de faire connaître le travail des Nations Unies à ses membres et de les encourager à œuvrer, sur le terrain, à la promotion de la paix et de la justice (Cf. GP 4, 6, 7, 8).

Le statut de la CVX et les possibilités de l’ONU

En 1975, le Conseil Economique et Social (ECOSOC) de l’Organisation des Nations Unies a accordé à la Communauté de Vie Chrétienne le statut de membre consultatif (Roster) auprès des Nations Unies.

  • Les compétences du Conseil Economique et Social (CES) s’étendent à des domaines aussi variés que le développement, le commerce mondial, l’industrialisation, les ressources naturelles, les droits de l’homme, le statut de la femme, la démographie, l’aide sociale, les sciences et la technologie, la prévention du crime, etc.
  • En qualité de membre consultatif (Roster) la CVX agit, conjointement à d’autres organisations qui n’ont pas le statut de membre consultatif général ou spécial, à la demande du Conseil ou du Secrétaire Général, lorsqu’ils considèrent que la CVX est susceptible d’apporter une contribution significative aux travaux du Conseil ou de ses organes subsidiaires.

La CVX a le droit d’envoyer des délégués aux séances, d’intervenir dans les débats, de proposer des solutions et de collaborer avec le Conseil et le personnel du Secrétariat des Nations Unies dans les domaines pour lesquels nous disposons d’une expertise certaine.
La Communauté de Vie Chrétienne a bénéficié du statut officiel d’Organisation Non-Gouvernementale auprès du Fonds des Nations Unis pour l’Enfance (UNICEF).

La CVX collabore, avec d’autres, à la Conférence des Organisations Catholiques Internationales (OCI), mais la CVX est aussi membre de la Conférence des Organisations Non-Gouvernementales ayant des relations consultatives avec le Conseil Economique et Social des Nations Unies (CONGO).

  • La Conférence de l’OCI fournit une plate-forme d’information, de réflexion et de coordination à l’ensemble de ses membres. Le but est de renforcer la visibilité de la Communauté Chrétienne sur la scène internationale.
  • La CONGO a été créée pour améliorer le processus consultatif et la coordination des activités s’inscrivant dans le cadre des travaux des Nations Unies, offrant ainsi aux ONG ayant des intérêts communs, un forum leur permettant de se réunir pour étudier, planifier, se soutenir et agir dans le cadre des principes et programmes de l’ONU.

Les étapes clés de l’histoire de la CVX

Les Assemblées Générales de la CVX d’Augsbourg ’73, de Manille ’76, de Rome ’79 et de Providence ’82 ont approuvé et développé la stratégie de libération de la personne dans toute sa plénitude et de toute personne, quelle qu’elle soit, avec une option préférentielle pour les pauvres. L’une des réponses concrètes de la CVX a consisté à relever le défi d’être visible sur la scène publique, partout où la situation l’exigeait, et notamment en qualité d’organisation non-gouvernementale représentée auprès des Nations Unies.

Au début des années 70, Betty Leone, un membre de la CVX Etats-Unis, a initié le mouvement visant à faire de la CVX une ONG s’impliquant auprès des NU. Puis, Thomas Ignatius Monahan a pris le relais, en devenant pour le compte de la communauté mondiale, en 1978, le premier délégué « officiel » auprès des Nations Unies, à New York. À l’époque, la question du moment était la prolifération des armes nucléaires. À la mort de Tom, en 1985, le Père Daniel Fitzpatrick, SJ, soutenu par plusieurs membres de la CVX, a repris la fonction de délégué de la CVX. Dans ces années-là, les problèmes traités concernaient, notamment, le statut de la femme, l’enfance, et en particulier les petites filles, et la violation des droits de l’homme. Le Père Dan a été un membre actif de la Commission de la Liberté de Religions et de Croyances, dans laquelle il a occupé, durant deux mandats, des fonctions au sein de l’organe exécutif. Cette présence efficace et compétente au sein de l’ONU, à New York, a pris fin avec le départ à la retraite du Père Dan, à la fin de l’année 2002.

En 1991, le Père Henry Volken S.J. a entamé à son tour son parcours de délégué de la CVX auprès des Nations Unies, à Genève et en 1993, un petit groupe de travail a vu le jour. Une approche intégrale des droits de l’homme, avec une option préférentielle pour les pauvres, l’implication dans la campagne en faveur de l’abolition des mines terrestres, la protection de l’enfance (enfants-soldats), ou encore l’intervention en faveur des réfugiés ont été quelques-unes des questions traitées, à cette époque. Le Père Volken a également présidé une Commission spéciale des ONG sur le Développement. Avec le décès du Père Volken, au début de l’an 2000, le Conseil Exécutif de la CVX Mondial a proposé que l’usage du statut d’ONG auprès de l’ONU soit d’avantage développé par la CVX.

En 2001, en étroite collaboration avec l’ExCo de la CVX mondiale, un Groupe de Travail ONG a été créé à Genève. Ses membres étaient : Roswitha Cooper (Italie), Françoise Dubosson (Suisse), Daniela Frank (Allemagne), Leah Michaud (Canada), Brigitte Minier (France), Anni Rickenbacher (Suisse) et Fernando Salas S.J. (Chili).
L’intention du Groupe de Travail ONG-CVX est de jeter un pont entre les Nations Unies et la Communauté de Vie Chrétienne. Le but principal du groupe est double :

  • soutenir nos délégués à l’ONU et leurs fournir des contacts avec la base CVX ;
  • proposer à la Communauté de Vie Chrétienne Mondiale, une formation
  • visant à une appropriation personnelle des dimensions de la foi et de la justice, telle que nous y invitent les PG 4 et 8 ainsi que les Exercices Spirituels ;
  • visant à engager la CVX à : améliorer la prise de conscience des membres de la CVX des opportunités existantes pour eux de concrétiser cette intégration et de s’exprimer publiquement.

Après une longue période de dialogue et de consultation, le Groupe de Travail ONG-CVX, auprès des Nations Unies à Genève a discerné qu’il convenait de mettre l’accent sur le travail dans le domaine des réfugiés / migrants. Identifiée comme une question majeure de notre temps, l’occasion d’accroître ainsi la prise de conscience de la communauté mondiale servirait aussi à améliorer, pour notre délégué aux Nations Unies, l’accès à l’information en provenance de la communauté mondiale, tout en favorisant la collaboration avec le Service Jésuite aux Réfugiés (SJR). D’autant plus que l’Assemblée Européenne de la CVX considère que la question des « populations déplacés » est l’une des questions les plus épineuses que l’Europe d’aujourd’hui ait à résoudre.

Dans le domaine des Réfugiés / Migrants, la décision du Groupe de Travail ONG de mettre l’accent plus particulièrement sur le « racisme » est le fruit d’une réflexion collective et d’un discernement du choix le plus crucial et le plus concret de notre époque permettant à l’ensemble de la communauté mondiale de s’impliquer. Le racisme présente de multiples facettes et formes d’expressions qui varient selon les critères politiques, sociaux et culturels en jeu et concerne, de ce fait, tout le monde quel que soit l’endroit où nous nous trouvions sur la planète. La décision de lutter contre le racisme a été présentée d’une manière positive et porteuse d’espérance : respect multiculturel, dialogue et plaidoyer.

AUJOURD’HUI, à Genève

Les membres actuels du groupe de travail sont : Christoph Albrecht SJ (Suisse), Roswitha Cooper (Italie), Françoise Dubosson (Suisse), Daniela Frank (Allemagne), Goran Kuhner (Croatie) Guy Maginzi (Secrétariat mondial) et Anni Rickenbacher (Suisse).

Les membres du groupe de travail de Genève envisagent d’assurer une présence de la CVX, lors de la prochaine réunion de la CONGO et à la Conférence sur les Droits de l’Homme prévues à Genève, au printemps 2005. N’oubliant pas les années de collaboration fructueuse entre la CVX et le Service Jésuite aux Réfugiés, Christine Bloch, membre du SJR, continue de représenter la CVX à l’ONU Genève, jusqu’au moment où la CVX sera en mesure de nommer sa ou son propre délégué(e). Christine, mariée et mère de deux enfants se rend fréquemment en visite dans de nombreux camps du Service Jésuite pour les Réfugiés, à travers le monde et milite ardemment au sein de l’ONU en faveur de l’amélioration des conditions des migrants.

Une version révisée du supplément n° 24, consacré à l’histoire de la CVX, en tant qu’ONG, figure parmi les projets immédiats et conjoints de nos deux Groupes de Travail

AUJOURD’HUI, à New York :

En avril 2003, les premiers contours du Groupe de travail de New York prirent forme. Grâce au travail de fond accompli par le groupe de travail de Genève, le groupe de travail de New York ne tarda guère à se mettre lui aussi à l’œuvre. C’est ainsi que, dès mai 2004, les membres de la CVX suivants s’engagèrent dans cette voie Sylvia Schmitt, Ann Marie Brennan, Joan Woods, Marie Schimelfening, Jose Lim, Patricia Mwangi, Marcelito Custodio, et Leah Michaud en tant que relais de l’ExCo (ExCo link). Parmi eux, Joan, Jose, Marie, Sylvia et Marcelito ont été nommés Délégués de la CVX et assistent régulièrement aux réunions des ONG, à l’ONU New York.

Chaque délégué a fait l’effort de participer aux travaux des différentes commissions, telles que la Commission sur le Statut de la Femme, ou encore celle du Planning Général de la Conférence du DIP/ONG (Département d’Information Publique), de septembre 2004, aux travaux de la Commission de sélection des ateliers de la mi-journée pour la Conférence de Septembre, ou aux travaux de l’Equipe de Formation de la Commission Spiritualité, Valeurs, et Questions relatives à la Mondialisation.

Tout comme le GT de Genève, le GT de New York se réunit deux fois par an, et lors de sa dernière réunion, il a décidé que « l’eau » était la question la plus épineuse du moment. Le défi consiste maintenant à mettre en place un réseau de communication constitué de relais nationaux (links) dont la mission consiste à faciliter la collecte et la diffusion de matériaux relatifs à cette question.

Autres Forums Internationaux

En 2003, 3 membres de la CVX d’Afrique du Sud se sont associés à la Compagnie de Jésus, lors du Forum sur le Développement Durable, de Johannesburg, pour faire entendre la voix des pauvres et des marginaux. (Cf. la bibliographie des articles parus dans Progressio, disponible auprès du Secrétariat de la CVX mondiale). En janvier 2004, L’ExCo mondial a envoyé 3 membres de la CVX participer au Forum Social Mondial de Mumbai, en Inde, en compagnie de 10 membres de la CVX Inde, en partenariat, une fois de plus, avec la Compagnie de Jésus
Articulé autour du slogan « Un autre monde est possible », le Forum Social Mondial (FSM) est un forum international regroupant des personnes issues de la société civile qui ont en commun le désir « d’un monde différent » et qui s’opposent au « ... néo-libéralisme et à la domination du monde par le capital ou toute forme d’impérialisme, et qui s’engagent en faveur de la construction d’une société planétaire centrée sur la personne humaine... » (FSM Charte des Principes). L’idée directrice est de créer un espace de discussion sur les alternatives, d’échanges d’expériences et de consolidation des alliances entre les mouvements sociaux, les syndicats, les ONG, etc. L’un des fruits de cette démarche a été la présentation aux membres de la CVX inde, par leurs délégués au Forum, des recommandations suivantes :

  1. Par de-là les frontières des mouvements d’Eglise actuels, tendons la main aux personnes de toutes confessions, pour construire des communautés humaines de base dans nos diocèses respectifs ;
  2. Associons-nous à d’autres groupes « alternatifs » (ONG) pour promouvoir des médecines, des produits alternatifs ;
  3. Contribuons à la prise de conscience des groupes de marginaux des raisons de leur pauvreté, grâce aux analyses sociologiques ;
  4. Fournissons à l’ONG-CVX mondiale les informations relatives aux groupes de marginaux ayant besoin de notre soutien et ayons recours au centre de documentation de l’ONG-CVX mondiale pour soutenir les combats des marginaux ;
  5. Faisons usage de la Spiritualité Ignatienne comme d’un puissant instrument de changements sociaux ;
  6. Joignons-nous à la marche de protestation contre la guerre, prévue le 20 mars.

Membres d’un même corps apostolique

Les CVX du monde entier participent à la Mission du Christ, édifiant le Royaume de Dieu. En équipes nationales et locales, grâce au processus de discernement, envoi, soutien et évaluation, nous conduisons notre mission individuelle et communautaire. L’étape suivante consiste maintenant à coordonner nos expériences de terrain et à les faire connaître à nos délégués à l’ONU, mais aussi à diffuser au sein de notre corps mondial, les informations récoltées par nos délégués à l’ONU.

Voici notre proposition :

Afin d’améliorer le flux d’informations de et vers nos délégués et pour communiquer sur les réalités de terrain qui sont les nôtres, ainsi que sur le plan international, nous proposons que :

  • Chaque communauté nationale désigne une personne contact chargée de collecter l’information et les expériences de sa communauté nationale relatives aux questions en cours de traitement dans les Groupes de Travail ONG-CVX ;
  • Ces personnes contacts constituent un réseau alimentant nos Groupes de Travail en informations, à charge pour eux d’assurer la transmission de ces informations aux délégués à l’ONU et de publier les informations les plus pertinentes sur le site de la CVX ;
  • Les Groupes de Travail diffuses les informations pertinentes aux différentes personnes contacts nationales ;
  • Les personnes contacts nationales seraient responsables de la diffusion des informations provenant des Groupes de Travail, afin d’orienter l’action des communautés nationales, en fonction des campagnes à soutenir ou des opérations concrètes à conduire.

Ainsi, mettrons-nous progressivement en place un réseau de personnes impliquées dans les questions socio-apostoliques mondiales, favorisant du même coup les processus respectifs de chaque nation ou région, afin de nous aider à agir plus visiblement en tant que communauté apostolique. En temps et en heure, il pourrait s’avérer utile de nommer un coordonnateur mondial de ce réseau dont la mission pourrait être de coordonner le travail de la CVX avec d’autres ONG internationales et de coopérer avec elles sur les questions urgentes.

Convaincus que ce numéro 127 de PROJETS sera très largement diffusé dans vos communautés nationales respectives, afin que tous les membres de la CVX se familiarisent avec cette mission internationale de la CVX, nous vous invitons à soumettre, d’ici à la fin décembre, à Guy Maginzi au Secrétariat de la CVX mondiale, les noms et adresses de courriel d’une personne de contact pour votre communauté nationale.

Nous vous encourageons vivement aussi à vous tenir informés des événements mondiaux de la communauté, en visitant le site Internet de la CVX mondiale : www.cvx-clc.net.

Dans une attitude de gratitude pour les grâces reçues, que les membres de la CVX que nous sommes continue d’apporter leur pierre, en coopération avec le Seigneur, à l’édification d’un monde de justice et de paix.

Les membres des Groupes de Travail CVX ONG de Genève et New York

octobre 2004