Projets N°167, mars 2017 : Une rencontre (extra)ordinaire du Conseil Exécutif mondial

Il n’y a absolument aucun espace pour la routine en CVX. Certes, lorsque nous nous sommes retrouvés à Rome à la fin du mois de février, il s’agissait déjà de notre quatrième rencontre depuis l’Assemblée Mondiale de 2013. Pourtant, il est tout simplement impossible d’être blasé. Partager des temps de prière et de célébration, contempler tout en travaillant, relire l’histoire et prêter attention aux signes des temps pour préparer l’avenir, tout cela crée des liens forts. Tant et si bien que l’ExCo mondial est tout à la fois une petite CVX et une équipe de travail à vocation universelle.

Herminio Rico sj avait participé à la rencontre de l’an dernier en tant qu’invité spécial. Cette fois, nous avons accueilli le « nouvel » Herminio, en sa qualité de vice-assistant ecclésiastique mondial. En revanche, c’est la première fois que nous avons dû composer avec l’absence d’un membre de l’équipe. Hélas, Joséphine n’a pas pu nous rejoindre. Sachant que notre groupe est bien plus que l’addition de ses personnalités, une arrivée et une absence nous ont rendus encore plus conscients du caractère unique de chaque rencontre. Qui plus est, nous avons eu la chance de rencontrer la communauté de la Curie Jésuite, l’Euroteam et une délégation de la communauté italienne.

Etre contemplatif dans l’action : pas un slogan éculé

« Etre avant de faire, une contemplation de l’Amour divin », tel fut le thème de la retraite cette année, pour nous replonger d’emblée dans l’esprit ignatien. Etre contemplatif dans l’action, c’est le désir profond de la communauté mondiale et de tous ses membres. C’est un « exercice » que l’ExCo fait lui aussi pour unifier toujours davantage sa manière d’être et son action.

Comme chaque année, nous avons fait notre travail (il y a bel et bien des tâches non négociables à assumer), dans un climat de joie profonde, rythmé par des moments de grâce particulière. Cela ne nous a pas épargné quelques égarements et même des maladresses. Ce qui nous aide dans ces circonstances, c’est l’incroyable sens de l’humour de notre équipe. Ce qui nous sauve, c’est l’humilité et la capacité de dire des paroles et poser des gestes de réconciliation. Au terme de notre rencontre, nous sommes en paix, convaincus d’avoir offert le meilleur de nos talents limités et confiants que la grâce de Dieu fera le reste.

De grandes nouvelles … à vous partager bientôt !

Vous savez que 2017 est une année jubilaire, qui sera inaugurée (officiellement) en octobre 2017 et nous mènera jusqu’à la prochaine Assemblée Mondiale. Cela fait 50 ans que notre communauté s’est refondée dans l’élan du Concile Vatican II. Nous avons considéré le chemin parcouru, non pas pour alimenter une forme de nostalgie, mais pour aller de l’avant en cohérence avec ce que nous sommes et devenons toujours davantage. La proximité de l’Assemblée Mondiale en Argentine (juillet 2018) nous pousse d’ailleurs à préparer les prochains pas. Avant de nous plonger dans les préparatifs concrets, nous avons pris le temps d’un exercice de vision d’avenir. Nous avons tenté en modèle réduit ce que l’Assemblée mondiale sera appelée à faire en 2018, c’est-à-dire rêver grand à partir d’un ancrage dans la réalité.

Nous avons posé des choix pour la prochaine Assemblée Mondiale : nous allons vous proposer un thème à travailler et une grâce à demander … et vice-versa. La présente lettre vise à vous mettre en appétit. Le thème et la grâce seront dévoilés très bientôt, par la convocation officielle que notre président vous adressera courant du mois d’avril. Les douze mois à venir vont d’ailleurs être rythmés par une série de courriers de préparation. Restez à l’écoute.

Le Cardinal qui nous a fait pleurer

Comme chaque année, nous nous sommes mis, nous aussi, à l’écoute de l’Eglise universelle. En effet, il serait absurde de rêver un avenir pour la CVX comme si nous pouvions être déconnectés du Peuple de Dieu. Nous avons été reçus par le Préfet du nouveau Dicastère pour les Laïcs, la Famille et la Vie. Nous avons pu nous présenter, parler de la CVX mondiale et évoquer les défis pour chaque grande région de notre communauté. Nous étions impatients d’entendre le Cardinal Kevin Farrell, un peu inquiets – je l’avoue – de savoir si notre vision d’avenir serait confirmée ou questionnée.

Que retenir de cette rencontre ? « Le cléricalisme est un péché ». Nous avions déjà entendu ces paroles dans la bouche du Pape François. Ce fut néanmoins très impressionnant d’entendre un Cardinal tenir ces propos dans une rencontre en comité restreint, signe qu’il jugeait cela pertinent pour nous encourager à poursuivre nos efforts en tant que communauté de laïcs dans l’Eglise.

Nous avons écouté avec beaucoup d’attention et pourtant chacun cherchait régulièrement le regard des autres pour vérifier qu’il entendait bien : « Il est grand temps de mettre en pratique certains textes du Concile Vatican II par rapport au Peuple de Dieu ». Le discours du Préfet était éminemment logique et pourtant nous étions incrédules : « Dans un délai de deux ans, la plupart des charges au sein de ce Dicastère seront confiées à des laïcs ». Imaginez : des laïcs pour aider l’Eglise à promouvoir la vocation des laïcs et collaborer significativement à l’Eglise de demain. L’avenir de notre collaboration avec l’Eglise hiérarchique ne s’est pas écrit en une seule rencontre, aussi intense fût-elle. Cependant, nous pouvons dire que nous avons vécu un moment d’éternité. Je vous l’écris avec quelques jours de recul et avec lucidité : Il y a eu des larmes de joie en face du Préfet du Dicastère !

Puissions-nous puiser dans cet événement la confirmation de notre désir, courageux et joyeux, de nous impliquer personnellement et en tant que communauté dans l’avènement du Royaume.

Amis dans le Seigneur.

Pour le Conseil Exécutif mondial,

Denis Dobbelstein
Conseiller

Original en français

Projets N°167
Projects N°167
Proyectos N°167
3 avril 2017