Atelier « Consommation d’énergie »

Suivant les statistiques en Europe, 41 % de l’énergie est consommé par le secteur « Bâtiments et Services », en comparaison avec le secteur « Transport » qui représente environ 31 % et le secteur « Industrie » environ 28% de la consommation en énergie. Ceci témoigne donc d’un potentiel important en économies d’énergie possible dans le secteur « Bâtiment ».

La comparaison théorique suivante permet de mieux se rendre compte de l’enjeu :
L’assainissement énergétique complet d’une maison unifamiliale permet de réaliser une économie de l’ordre de 3.000 litres de mazout par année suivant les cas. En comparaison, cette économie d’énergie correspondrait donc à une diminution de trajets de l’ordre de 37.500 km par année pour une voiture avec consommation moyenne de 8 litres/ 100km !!

L’atelier « assainissement énergétique des bâtiments » comprenait d’abord une approche théorique. Il s’avère que le sujet est complexe dans le sens que les choix dépendent de plusieurs facteurs interdépendants.


photo : concrete forms

Durant l’atelier, une simulation d’isolation thermique d’une maison théorique simple (dimensions 10x10m’ ; 2 niveaux complets) avec comme outil le logiciel officiel mis à disposition par l’Etat luxembourgeois a été effectuée. En voici un résumé :

Position de départ :

Maison mal isolée : consommation 9.272 litres/année pour chauffage et 354 litres d’eau chaude sanitaire. Les pertes de chaleur principales pour ce type de maison : Toiture, façades, fenêtres, dalle de sol.

Assainissement complet de l’enveloppe thermique :

Isolation complète de l’enveloppe extérieure de la maison comprenant dans l’ordre d’importance la toiture, la façade, les fenêtres. En appliquant de manière systématique une isolation très performante de l’enveloppe extérieure, on obtient une maison qui suit les nouvelles normes en vigueur (depuis 2008). La consommation théorique est maintenant diminuée à 1.524 litres de mazout/ année pour le chauffage et pour 354 litres d’eau chaude sanitaire.

Pertes de chaleur principales qui subsistent après isolation thermique de l’enveloppe : Ventilation (40%), c.à.d. réchauffement de l’air frais nécessaire pour un bon climat intérieur.

Remarque : Lors de travaux d’assainissement énergétique il faut veiller à éviter la création de ponts thermiques. Un exemple classique de pont thermique serait l’isolation thermique de la toiture (p.ex. par l’intérieur) l’isolation thermique de la façade (p.ex. par l’extérieur) mais sans isolation de la corniche en béton. Dans ce cas il y a un risque de formation de condensation. Le risque de condensation et de formation de moisissures est encore plus important si l’endroit mal isolé est en plus faiblement ventilé, respectivement au cas où il s’agit d’un local avec taux d’humidité élevé.

Mesures supplémentaires pour construction de type « basse énergie »

  • Installation d’une ventilation mécanique avec récupération de chaleur, combinée avec une bonne étanchéité de l’enveloppe thermique.
  • Surfaces vitrées principalement au Sud avec système de protection solaire.
  • Installation d’un poêle à bois pour le living.
  • Installation de panneaux solaires pour production d’eau chaude sanitaire.

La consommation théorique de la maison est diminuée à 600 litres de mazout et 1 m3 de bois pour le chauffage et à 140 litres pour l’eau chaude sanitaire.

Mesures supplémentaires pour obtenir les valeurs d’une maison « passive »

  • Orientation optimale et forme compacte de la maison.
  • Amélioration des performances d’isolation thermique de l’enveloppe.
  • Elimination systématique de tout pont thermique et garantie d’une étanchéité très performante de l’enveloppe thermique.

Dans ce cas, l’on obtient une consommation de 220 litres de mazout et 1 m3 de bois pour le chauffage et de 140 litres de mazout pour l’eau chaude sanitaire.

Après ces explications théoriques il y a eu des échanges d’idées, et la discussion s’est vite tournée vers des exemples de choix pratiques quotidiens.

Francis HOFFMANN
1er mai 2010